Oubliée la taille ! Oublié aussi le métabolisme ! Ou presque… Désormais, selon des travaux menés par des chercheurs américains, il faudra placer le nombre de neurones corticaux en tête de liste des meilleurs prédicateurs de la longévité d’une espèce.