La maladie de Parkinson a longtemps été considérée comme une maladie du cerveau mais plusieurs travaux ont pointé le rôle de l’appareil digestif.