Quatre hommes proches de l’ultra-droite soupçonnés d’avoir projeté une action violente contre Emmanuel Macron ont été mis en examen samedi pour “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.