Selon une nouvelle étude, la dépense métabolique de base est 10 % plus élevée en fin d’après-midi que le matin. Une preuve de plus de l’impact de la chronobiologie sur les processus physiologiques.