Bruno Le Maire a estimé mardi que Carlos Ghosn, arrêté lundi au Japon, n’était “plus en état de diriger Renault” et a demandé la mise en place d’une gouvernance intérimaire pour le constructeur automobile français.