Des chercheurs britanniques ont créé un placenta artificiel à un stade très précoce. Cet organoïde devrait permettre de mieux comprendre les complications observées lors de certaines grossesses qui ne vont pas jusqu’à leur terme.