Ce taux particulièrement élevé, notamment chez les jeunes praticiens et les urgentistes, peut conduire à des erreurs médicales, un manque d’empathie envers les patients et un risque accru de suicide.