Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, des édiles de communes rurales ont ouvert un cahier de doléances dans leur mairie. Alors que le grand débat national doit être officiellement lancé par Emmanuel Macron, mardi 15 janvier, les maires ruraux entendent bien que le fruit de leur consultation serve de premier cadre. Une vingtaine de maires de petites villes françaises se sont rendus, lundi, à l’Assemblée nationale pour transmettre aux députés les doléances de leurs administrés. Cette consultation permet de dresser un premier état des lieux du malaise social qui touche les Français. Mais les maires ruraux espèrent également qu’elle saura faire prendre conscience au gouvernement et au chef de l’État de la nécessité de replacer le citoyen et les petites communes dans le débat politique.