La sensation de douleur et l’émotion négative qui y est attachée sont deux choses bien distinctes. Chez la souris, des chercheurs ont identifié les cellules responsables de ces émotions désagréables, ce qui pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements contre la douleur chronique.