Des chercheurs du CNRS ont voulu savoir ce que devenaient les nanoparticules magnétiques dans les cellules. Ces nanoparticules, utilisées pour l’imagerie cellulaire, sont d’abord dégradées, mais les chercheurs ont observé ensuite un phénomène de « re-magnétisation cellulaire ».