Les adultes qui consomment le plus d’aliments faibles en nutriments, ceux qui s’adonnent à la malbouffe, semblent plus touchés que les autres par des maladies mentales. C’est le résultat d’une nouvelle étude menée aux États-Unis.