Chez les mouches drosophiles, les mâles vivent moins longtemps lorsqu’ils ont été aguichés par les phéromones sexuelles émanant d’une femelle et que celle-ci ne se montre pas aussi réceptive qu’elle en avait l’air… Probablement la notion de femme fatale chez ces diptères.