Accusé d’avoir commis sept “empoisonnements” sur des malades très âgés et en fin de vie en 2010 et 2011, l’urgentiste Nicolas Bonnemaison a été acquitté mercredi par la Cour d’assises des Pyrénées-Atlantiques à Pau.