Des chercheurs de l’université de Copenhague ont trouvé que les patients souffrant de narcolepsie ont dans leur sang des lymphocytes T auto-réactifs. Cette découverte, qui suggère que ce trouble du sommeil est une maladie auto-immune, ouvre la voie à de nouveaux traitements.