Dans une lettre adressée aux salariés du groupe, le directeur général de BNP Paribas, a reconnu des “dysfonctionnements” et des “erreurs”. La banque est dans le collimateur de la justice aux États-Unis pour avoir violé des embargos américains.