À l’occasion des traditionnels défilés du 1er-Mai, les syndicats, éclipsés par le mouvement des Gilets jaunes, espèrent retrouver de la visibilité, malgré le risque élevé de violences que fait peser la mobilisation d’éléments radicaux.