En 2007, le Centre international de recherche sur le cancer a conclu à un effet cancérogène probable du travail posté. En cause notamment, la perturbation du rythme circadien qu’il provoque. Et aujourd’hui, des chercheurs pensent avoir mis le doigt sur le mécanisme en jeu.