L’enquête administrative menée par l’Inspection générale de la police nationale a établi, jeudi, “qu’il n’y avait pas de faute” commise par les forces de l’ordre lors de l’interpellation de 151 lycéens à Mantes-la-Jolie.