Le Conseil constitutionnel a estimé vendredi que rien ne s’opposait à ce que Nicolas Sarkozy soit jugé dans l’affaire “Bygmalion” de financement illégal de sa campagne de 2012. Un nouveau pas vers un procès en correctionnelle pour l’ancien président.