Si l’ingestion et l’inhalation de particules de plastique par les humains est avérée, des chercheurs ont pour la première fois réussi à quantifier avec précision l’ampleur du phénomène. Et ce n’est pas franchement rassurant…