Une nouvelle technique d’édition génétique évitant d’avoir à « couper » l’ADN, vient d’être mise au point. Elle corrige ainsi un défaut majeur des méthodes utilisées jusqu’à présent : l’apparition de mutations non désirées dans le génome.