Une étude française suggère que les « lipides polaires » réduisent le risque cardiovasculaire chez des femmes ménopausées et en surpoids, une population à risque. Ces lipides agiraient en diminuant le taux de triglycérides et de cholestérol LDL, le « mauvais cholestérol ».