Dans une étude pilote réalisée par l’université catholique de Louvain, les participants ont ingéré la bactérie intestinale Akkermansia pendant trois mois. Résultat : leurs facteurs de risque cardiovasculaire ont été réduits.