Grâce à une application installée sur des milliers de smartphones, un algorithme a classifié près de 8.000 molécules contenues dans les fruits et légumes pour identifier celles qui ont un effet anticancéreux. Un projet scientifique participatif qui pourrait être décliné pour d’autres pathologies.