Il arrive relativement souvent que des accidents cardiovasculaires se produisent sans que soit identifié le moindre facteur de risque connu. Des chercheurs prétendent aujourd’hui qu’une mutation génétique spécifique à l’être humain est alors en cause.