Après les fruits et légumes, c’est l’activité physique qui nous dévoile son fabuleux potentiel épigénétique dans la lutte contre l’expression des gênes prédisposant à l’obésité.