Selon une récente étude, des traces de produits d’hygiène féminine suspectés de contenir des composés organiques volatils ont été retrouvées dans le sang de femmes pratiquant des douches vaginales.