Un rapport parlementaire présenté mardi affirme que l’État français est “le premier responsable” de la pollution au chlordécone en Guadeloupe et Martinique, où plus de 90 % des populations sont contaminées. Le rapport pose la question de la réparation et recommande par ailleurs de faire de la recherche sur ce pesticide une priorité.