Plus de 1 200 médecins, chefs de service et responsables hospitaliers annoncent, mardi, dans une lettre à la ministre de la Santé leur intention de démissionner de leur fonction administratives si des négociations ne sont pas engagées. Ils assurent qu’ils continueront d’assurer les soins des patients.