La Cour d’assises spéciale de Paris a condamné, vendredi, dix-neuf “fantômes” jihadistes à des peines allant de 25 ans à la perpétuité. Ces prévenus pas comme les autres, car morts ou présumés morts, étaient jugés pour avoir rejoint les rangs du groupe État islamique en Irak ou en Syrie entre 2014 et 2015.