Considéré comme une ancienne figure du recrutement pour le jihad en Syrie, le Français Mourad Farès comparaît à partir de lundi devant les assises de Paris. Il est notamment accusé d’y avoir dirigé un groupe de jeunes combattants francophones.