Trois mois après les concessions du gouvernement – qu’ils jugent insuffisantes –, et après la démission de plus de 800 médecins de leurs fonctions administratives, les personnels hospitaliers appellent, vendredi, les citoyens à déclarer leur flamme à l’hôpital public.