En 1963, plus de 2 000 enfants réunionnais furent déportés en métropole par les autorités françaises. L’objectif ? Repeupler les départements vidés par l’exode rural, dont celui de la Creuse. Certains étaient orphelins, mais la plupart furent arrachés à leurs parents, contraints à signer des papiers qu’ils ne comprenaient pas. Devenus “pupilles de l’État” et placés en famille d’accueil, ces enfants ont été asservis comme ouvriers dans des fermes ou des usines. Nos reporters, 55 ans après, ont accompagné certains d’entre eux pour leur retour, parfois difficile, sur leur île natale.