Les virus géants, découverts il y a peu, sont des organismes à part, même dans leur propre classe. Pouvant atteindre la taille et la complexité génétique d’une bactérie, ils portent aussi des gènes impliqués dans le métabolisme selon une nouvelle étude scientifique.