Depuis le 16 mars, le confinement a bouleversé la vie scolaire de quelques 12,4 millions d’élèves en France. Du primaire au secondaire, ils sont tenus de poursuivre tant bien que mal leurs cours à distance. Et si la technologie facilite les échanges, tous ne sont pas égaux devant l’accès au numérique. Aujourd’hui, la perspective d’une rentrée progressive le 11 mai soulève presque autant de questions que le confinement en avait posées. Nous en discutons avec Stéphane Crochet, secrétaire général du syndicat national des enseignants UNSA.