Mercredi matin, une quinzaine de communes ont finalement décidé de ne pas ouvrir leurs écoles, en protestation contre la réforme des rythmes scolaires. Une initiative face à laquelle l’État entend répondre sur le terrain judiciaire.