Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a confirmé la décision d’EDF, qui avait refusé l’accès de sites nucléaires à un ingénieur musulman de 29 ans, invoquant alors le “secret défense”.