Avec ses 200 millions de cellules olfactives, contre 5 petits millions chez l’humain, le flair de chien intéresse de plus en plus les chercheurs. Au Royaume-Uni, une équipe pluridisciplinaire est convaincue que le formidable odorat du meilleur ami de l’Homme peut traquer le coronavirus et ainsi…