Le ministère des Armées a reconnu, vendredi, avoir acheté de la chloroquine en Chine pour constituer un stock “par précaution”, si jamais ce traitement, dont l’efficacité contre le coronavirus fait débat dans le monde, était finalement validé par les autorités sanitaires.