Face au risque de propagation du nouveau coronavirus dans les prisons, ces “bombes épidémiologiques”, des mesures d’exception ont été prises par la justice française, permettant une baisse drastique du nombre de détenus. Mais les bonnes nouvelles s’arrêtent là.