Dix enfants de jihadistes français ont été rapatriés de Syrie dans la nuit de dimanche à lundi. Alors que 200 à 300 d’entre eux sont encore détenus dans des conditions très précaires par les Kurdes syriens, avocats, ONG et organisations internationales dénoncent la politique française de rapatriement au cas par cas.