Pour l’ouverture de son procès jeudi aux assises de Paris, le jihadiste français Tyler Vilus, jugé pour des crimes commis en Syrie entre 2013 et 2015, a livré un récit détaillé de son passage en Syrie, sans jamais renier son “engagement auprès de l’État islamique” mais en minimisant son rôle.