La justice a reconnu pour la première fois, jeudi, la responsabilité de l’État dans le scandale de la Dépakine. Elle l’a condamné à indemniser trois familles dont les enfants sont lourdement handicapés après avoir été exposés in utero à cet anti-épileptique.