Parmi les Français impliqués dans le jihad en Syrie et en Irak, certains ont fait le choix du retour et de se rendre aux autorités. Loin d’être des “loups solitaires”, ces Français seraient des jeunes aux idéaux bafoués.