Alors que les bars et restaurants ont rouvert le 2 juin, les clubs et établissements festifs de nuit sont toujours frappés de fermeture administrative. Exsangues, les professionnels du secteur dénoncent des incohérences tandis que les fêtards continuent, eux, de danser, en toute clandestinité.