Face au manque de progrès en termes de lutte contre la pollution de l’air, le Conseil d’État a prononcé une astreinte de 10 millions d’euros par semestre. L’État a désormais six mois pour durcir son dispositif s’il veut éviter une lourde amende.