La France et l’Algérie vont mener un travail mémoriel afin “d’affronter les événements douloureux” de la période coloniale qui continuent de plomber leurs relations diplomatiques et économiques. Placés sous la tutelle directe des présidents, ce travail sera dirigé par deux historiens, un pour chaque pays.