Dans un entretien au journal Le Parisien publié lundi, l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, s’est défendu de ne pas d’être présenté à une convocation de la justice française en raison d'”un obstacle technique”.