Une enquête préliminaire a été ouverte vendredi pour “crimes contre l’humanité” contre Aloys Ntiwiragabo, chef des renseignements militaires pendant le génocide rwandais de 1994, qui vivrait aujourd’hui en France, a indiqué samedi à l’AFP le Parquet national antiterroriste.