Les trois jihadistes présumés, dont le retour rocambolesque avait mis les autorités françaises dans l’embarras, ont été mis en examen, samedi, par un juge antiterroriste. Ils contestent avoir fomenté tout projet terroriste en France.